Comment contacter des investisseurs potentiels?

Allergic to bullshit investisseurs gif En 20 lignes

La levée de fonds est une solution de financement répandue notamment chez les entreprises innovantes. Elle implique une ouverture du capital social, ce qui signifie que le(s) investisseur(s) vont devenir associé(s).

Chercher et trouver un investisseur privé nécessite par conséquent, comme pour trouver un associé, de bien cibler le type d’investisseur recherché (outre les organismes institutionnels comme France Initiative ou Oséobusiness angel ou fonds d’investissement) en fonction du montant que vous recherchez, de votre secteur d’activité, de votre stade de développement, de votre secteur géographique, etc. Ce travail préparatoire de « listage » vous (et leur…) fera gagner beaucoup de temps.

Pour vous aider dans votre recherche, EuroQuity (service de BPI France), Gust et FundMe proposent gratuitement aux porteurs de projet de créer un profil en vue d’être mis en relation avec les investisseurs inscrits sur leurs plateformes respectives; Dynamique-Mag a répertorié pour sa part les principaux réseaux de business angels en France et IDF.

Si la voie royale reste celle du réseau susceptible de vous introduire auprès d’eux, tout n’est pas perdu si vous pensez manquer de contacts, ne serait-ce qu’en vous rendant à l’un des nombreux évènements (portes ouvertes de fonds, « sessions de pitchs », salons…) permettant de rencontrer des investisseurs.

Sur le fond, n’hésitez jamais à contacter directement via Twitter ou par email un associé de fonds d’investissement ou un business angel qui vous semble pertinent. Précisez-lui les raisons pour lesquelles vous pensez qu’il serait intéressé et transmettez-lui votre présentation complète, qui doit être claire, concise, complète, cohérente, attractive et surtout totalement transparente. Aucun potentiel investisseur ne vous mangera.

Les éléments demandés sont souvent les mêmes: une synthèse du business plan accompagné du montant recherché, en précisant la part du capital à céder (voir ici quelques points techniques). L’outil Le Teaser peut ainsi vous aider à clarifier vos idées et à avoir un support de communication percutant. Un format spécifique vous sera toutefois parfois demandé (certains préfèrent une présentation powerpoint, d’autres un executive summary …).

Un lien mort? Un ajout à suggérer? Commentez!         S’inscrire à la newsletter Google

Publicités

Comment protéger son nom?

En 20 lignes gif hell yes

Vous pensé avoir trouvé votre nom? Il est temps de le protéger afin d’éviter toute confusion avec vos concurrents. Avant tout, souvenez-vous qu’il existe une distinction entre dénomination ou raison sociale (identifiant la société en tant que personne morale), nom commercial (identifiant l’entreprise auprès des clients) et enseigne (permettant de localiser un établissement): si les trois peuvent être identiques, chacun se protège d’une manière différente (détails ici).

La marque est quant à elle un signe distinctif (quelle qu’en soit la forme: une marque peut ne pas être un nom) sensé distinguer vos produits et services de ceux de vos concurrents (une entreprise de nom commercial A peut vendre des produits de marques A, B et C), ce qui explique

Dans tous les cas (en cas de conflit entre nom de domaine antérieur et marque postérieure, par exemple), le premier déposé l’emporte sur un territoire donné pour un domaine d’activité, des produits ou services similaires, ce qui justifie d’effectuer systématiquement une recherche d’antériorité – en France, sur le site de l’INPI et sur Infogreffe.

Si le nom est disponible après recherche à l’identique et recherche par similarité, le dépôt simultané du nom de domaine et de la marque (auprès de l’INPI pour la France, voir ici pour les autres pays) et/ou du nom (en choisissant ce nom comme dénomination sociale, par exemple lors de l’immatriculation de votre société) est fortement recommandé.

Un lien mort? Un ajout à suggérer? Commentez!         S’inscrire à la newsletter Google

Comment suivre ma stratégie… et savoir en changer?

I except nothing and I'm still let down En 20 lignes Malcom in the middle

Avec ou sans business plan, un minimum de stratégie est nécessaire quand on crée son entreprise, avant tout pour savoir se positionner, se distinguer de ses concurrents, et surtout identifier ses clients, communiquer auprès d’eux et vendre.

Sans objectif « SMART » (NB: spécifiques, mesurables,atteignables, réalistes et cadrés dans le temps), aucune stratégie n’a de sens: comment évaluer son efficacité, et le cas échéant déterminer si un changement de stratégie est nécessaire, si aucun moyen n’est mis en oeuvre pour évaluer et vérifier les hypothèses que vous avez émises? Ce moyen, ce sont les données chiffrées (et pas seulement votre comptabilité), qui seules permettent une comparaison d’un mois à l’autre, par exemple. C’est un point d’ancrage pour suivre une stratégie donnée.

Une fois que vous vous êtes donc fixé un certain nombre d’objectifs pour développer votre entreprise, mettez en place un ou plusieurs tableaux de bord (ou de reporting), même très simples. Récapitulez ces objectifs et évaluez régulièrement à quel point ils ont été ou non remplis.

Lorsque quelque chose ne fonctionne pas, changez-le. Il n’y a pas non plus de bonne stratégie sans plan b: une grande part de votre responsabilité d’entrepreneur est d’ailleurs de savoir faire la part des choses entre persévérance et entêtement et réagir en conséquence, à l’échelle de chaque aspect de votre activité comme de l’entreprise dans son ensemble.

A l’extrême, pour une start-up, une remise en question profonde peut s’imposer, ce qu’on appelle un « pivot stratégique ». Il s’agit alors, face à un produit ou service qui ne trouve décidément pas son marché, de le faire évoluer en vue de correspondre à une demande réelle (voir quelques exemples de pivots réussis ici). Outre de ne le faire ni trop tôt (pour laisser le temps à l’idée initiale de faire ses preuves), ni trop tard, la seule clé demeure (encore et toujours) de savoir écouter!

Mis à jour le 7 janv. 2014 – Un lien mort? Un ajout à suggérer? Commentez!    S’inscrire à la newsletter  Google

Comment choisir son mode de crowdfunding?

Flanders en 20 lignes

Pour pouvoir choisir la plateforme de crowdfunding la plus adaptée à votre projet, vous devez déterminer un type ou mode de financement participatif, autrement dit décider à l’avance le statut que les fonds collectés auprès de vos contributeurs auront si vous parvenez à réussir votre collecte.

En fonction de votre objectif concret et chiffré, choisissez ainsi:

  • Le financement participatif par dons, qui seront des recettes pour votre structure, avec ou sans contrepartie, pour un montant maximal total aux alentours de 10 000 euros, en particulier si votre projet est artistique ou solidaire et susceptible de parler à vos contributeurs, qui seront avant tout satisfaits de soutenir votre projet, vos contreparties « cadeaux » étant un plus (le cas échéant, un avantage fiscal est possible, mais ce n’est pas une généralité)
  • Le financement participatif par prévente de vos produits ou services, fonds qui seront aussi des recettes pour votre structure, pour le même type de montant, en particulier si votre projet est innovant: vos contributeurs, clients ou fans, pourraient être curieux de bénéficier en avant-première de votre produit ou service
  • Le financement participatif par prêts, avec ou sans intérêt, qui seront à rembourser aux contributeurs dans un temps imparti, et dont le cadre réglementaire en France évolue actuellement, si vous êtes en mesure d’assumer ce remboursement
  • Le financement participatif par actions, qui seront des fonds propres pour votre structure, les contributeurs étant ni plus ni moins investisseurs: tout type de produit ou service peut être concerné et tout type de montant, mais les perspectives de rentabilité doivent être importantes pour attirer ces investisseurs

Dans les deux premiers cas, retrouvez ici le traitement fiscal et comptable des fonds collectés. Les plateformes concernées vous renseigneront par ailleurs sur les conditions spécifiques au prêt et aux actions.

Un lien mort? Un ajout à suggérer? Commentez!                             S’inscrire à la newsletter

Google

Ma start up va-t-elle réussir?

Yes En 20 lignes

Si la question du succès ou de l’échec d’une entreprise se pose régulièrement à tout entrepreneur, elle se pose sans doute d’autant plus lorsqu’il s’agit d‘une start up, jeune pousse qui a souvent besoin d’un grand investissement de départ pour financer sa croissance importante et rapide. La plupart des experts (ayant eux-mêmes fait ces erreurs) en la matière retiennent:

– Un certain nombre d’erreurs pouvant causer l’échec d’une start-up:

  • Sous-évaluer le temps nécessaire à l’accomplissement des différentes étapes et vouloir aller trop vite
  • S’accrocher à l’idée de départ même si l’offre reste incompréhensible ou inadaptée aux besoins du marché et plus spécifiquement de la bonne cible
  • Cesser de développer l’offre au motif qu’elle fonctionne, alors que votre environnement ne cesse d’évoluer, en particulier sur le web (à l’inverse, une nouvelle technologie ne vaut rien, si brillante soit-elle, si elle ne résout le problème de personne)
  • Accorder trop d’importance à des éléments qui n’en ont pas, comme certains aspects juridiques, au détriment de la pertinence et de la qualité de l’offre

– Inversement, voici quelques avantages décisifs… comme pour toute entreprise:

  • Répondre à un besoin réel, quitte à faire évoluer le concept de départ: qu’est-ce que le marché veut? quelle est la demande? la start up y répond-elle? si non, comment peut-elle y répondre?
  • Savoir convaincre et acquérir des clients, en bref, savoir communiquer: est-ce que je parviens à attirer cette demande vers mon produit/service et à faire en sorte qu’elle l’achète?
  • Etre suffisamment organisée pour maintenir une vision stratégique à moyen terme
  • Combiner transparence, intégrité et engagement de la part de toute son équipe, en interne comme vis-à-vis des tiers, notamment en relations publiques
  • Et encore plus prosaïquement… faire du chiffre d’affaires.

Un lien mort? Un ajout à suggérer? Commentez!

S’inscrire à la newsletter  Google

Positionnement et image de marque: quelles sont les valeurs de mon entreprise?

You can change the direction just by thinking about it En 20 lignes

Réussir son positionnement et se démarquer de ses concurrents ne sont pas qu’affaires d’étude de marché, de produit ou de fixation de prix, mais aussi et surtout affaire de message, de valeurs, en un mot de d’identité de marque. La définition des valeurs de votre entreprise permettra de créer une marque qui vous ressemble: bien véhiculées, ces valeurs seront par ricochet autant de qualités et attributs cohérents et uniques accordés à vos produits et services par vos clients. Ces mots-clés peuvent être issus de:

  • Votre histoire, votre parcours, qui sont forcément inimitables puisque uniques: restez humain! (exemples de valeurs: persévérance, endurance, douceur, générosité, perfectionnisme, droiture, mais aussi des lieux, des souvenirs, etc.)
  • Vos convictions, vos passions, qui sont également un élément de storytelling pertinents dans ce que vous voulez transmettre avec votre entreprise (exemples: changer le monde, lutter contre le réchauffement climatique, transmettre sa passion pour la musique, etc.)
  • Votre promesse: quel(s) problème(s) permettez-vous de résoudre? que faites-vous? quel est le point commun de vos produits/services? (efficacité, prix, innovation, facilité d’utilisation, public, usage ou lieu spécifique, etc.). Résumez-la aussi en une phrase, qui permettra de créer votre slogan.

La définition de ces valeurs sera surtout d’une aide précieuse pour le choix de votre nom, de votre logo, de votre identité visuelle, et plus largement de toute votre stratégie de communication (y compris de contenu).Dites-nous qui vous êtes!

Un lien mort? Un ajout à suggérer? Commentez! Google

Comment financer la création de mon entreprise?

That's you job En 20 lignes

Voici les principaux moyens de financer le lancement de  votre activité avant que celle-ci ne génère suffisamment de chiffre d’affaires pour vous permettre de vous autofinancer:

  1. Le bootstrapping est l’art de se débrouiller en n’utilisant que les capitaux apportés par le(s) porteur(s) de projet (capital de départ et comptes courants d’associéssans financement externe), à l’exception du dispositif Arce de Pôle Emploi si vous y êtes inscrit ou d’autres quasi-fonds propres
  2. Vos proches peuvent investir avec de la love money (ou 3 F « friends, family and fools »), que ce soit à titre de prêt à taux zéro sans garantie, de dons exonérés de droits mutations par vos ascendants, ou d’investissement dans votre société leur donnant droit à des réductions d’impôts (IR ou ISF, par exemple)
  3. Le crowdfunding ou financement participatif, via Internet, vous permet de toucher une population plus large que vos proches pour soutenir votre projet par dons, par prêt, par prévente ou par actions
  4. Remporter des prix et concours, en particulier ceux à dotation financière, peut également être un soutien
  5. Le leasing ou crédit-bail (location avec ou sans option d’achat) peut vous permettre de financer des équipements ou de l‘immobilier à usage professionnel
  6. Faites-vous aidez, avec BPI France (ex-Oséo), système de garantie de prêt, ou grâce aux aides des collectivités locales (à découvrir en fonction de votre localisation et de votre activité sur AppuiPMELes aides ou Aides entreprises), complétées de différentes exonérations fiscales
  7. Empruntez, sachant qu’obtenir un prêt d’honneur auprès d’un réseau tel que Initiative FranceFrance Active ou Réseau Entreprendre vous permettra plus facilement d’obtenir un prêt bancaire
  8. Enfin, si votre entreprise est innovante, l‘ouverture de votre capital peut s’effectuer, outre en love money ou en crowdfunding, en capital-risque: soit auprès de business angels, personnes physiques, soit pour des montants plus importants, auprès de sociétés de capital-risque (SCR) ou fonds de capital-risque.

Un lien mort? Un ajout à suggérer? Commentez! Google