Comment contacter des investisseurs potentiels?

Allergic to bullshit investisseurs gif En 20 lignes

La levée de fonds est une solution de financement répandue notamment chez les entreprises innovantes. Elle implique une ouverture du capital social, ce qui signifie que le(s) investisseur(s) vont devenir associé(s).

Chercher et trouver un investisseur privé nécessite par conséquent, comme pour trouver un associé, de bien cibler le type d’investisseur recherché (outre les organismes institutionnels comme France Initiative ou Oséobusiness angel ou fonds d’investissement) en fonction du montant que vous recherchez, de votre secteur d’activité, de votre stade de développement, de votre secteur géographique, etc. Ce travail préparatoire de « listage » vous (et leur…) fera gagner beaucoup de temps.

Pour vous aider dans votre recherche, EuroQuity (service de BPI France), Gust et FundMe proposent gratuitement aux porteurs de projet de créer un profil en vue d’être mis en relation avec les investisseurs inscrits sur leurs plateformes respectives; Dynamique-Mag a répertorié pour sa part les principaux réseaux de business angels en France et IDF.

Si la voie royale reste celle du réseau susceptible de vous introduire auprès d’eux, tout n’est pas perdu si vous pensez manquer de contacts, ne serait-ce qu’en vous rendant à l’un des nombreux évènements (portes ouvertes de fonds, « sessions de pitchs », salons…) permettant de rencontrer des investisseurs.

Sur le fond, n’hésitez jamais à contacter directement via Twitter ou par email un associé de fonds d’investissement ou un business angel qui vous semble pertinent. Précisez-lui les raisons pour lesquelles vous pensez qu’il serait intéressé et transmettez-lui votre présentation complète, qui doit être claire, concise, complète, cohérente, attractive et surtout totalement transparente. Aucun potentiel investisseur ne vous mangera.

Les éléments demandés sont souvent les mêmes: une synthèse du business plan accompagné du montant recherché, en précisant la part du capital à céder (voir ici quelques points techniques). L’outil Le Teaser peut ainsi vous aider à clarifier vos idées et à avoir un support de communication percutant. Un format spécifique vous sera toutefois parfois demandé (certains préfèrent une présentation powerpoint, d’autres un executive summary …).

Un lien mort? Un ajout à suggérer? Commentez!         S’inscrire à la newsletter Google

Publicités

Comment préparer sa campagne de crowdfunding?

Préparer campagne crowdfunding En 20 lignes gif

Quels que soient le mode et la plateforme de crowdfunding choisis, une campagne, véritable exercice de communication, se prépare en amont.

  • Pour la présentation de votre projet sur la plateforme (dont la FAQ sera souvent utile)
    • Ne fixez le montant total recherché qu’après avoir défini clairement vos besoins et la répartition de la somme par poste, sans oublier la commission de la plateforme.
    • Vos contreparties doivent donner envie de contribuer immédiatement (vous n’avez pas le temps d’attendre) et être cohérentes avec votre projet – la prévente de vos produits/services est un excellent exemple de contrepartie pour une entreprise: jouez sur l’avant-première.
    • Pour rédiger votre présentation, suivez la structure 1/ « Petite introduction », 2/ « Pourquoi ce projet: pourquoi moi, maintenant… », 3/ « Pourquoi cette collecte: pour financer quoi, dans quel délai les résultats seront visibles… », 4/ « Contreparties proposées: lesquelles, pourquoi elles sont cohérentes avec ce projet… » et enfin 5/ « Qui suis-je: votre parcours, le lien entre le projet et vous qui doit sembler évident (humanisez!) ». Définissez ensuite le titre de votre campagne.
    • Les visuels (logo, vidéo, photos, illustrations…) sont extrêmement importants: prenez d’ores et déjà l’habitude de (faire) créer des contenus attractifs
    • Faites circuler toute la présentation de votre campagne à quelques proches en leur demandant s’ils contribueraient – et en cas de réponse négative, ce que vous devez modifier. Le lien entre « il y un appel aux dons » et « je sors ma carte bleue » doit être évident et immédiat (personne n’a dit que c’était facile). Ne mettez en ligne qu’après les modifications nécessaires
  • Pour le plan de communication autour du projet, fixez-vous un calendrier pour:
    • Créer et commencer à animer vos pages sur les réseaux sociaux, au moins Facebook et Twitter
    • Repérer les blogs et magazines traitant de votre thématique ou d’une thématique proche, susceptibles de relayer l’existence de votre campagne: contactez-les au lancement de la campagne. NB: ne demandez jamais rien à un blogueur: si le projet lui plait, il en parlera
    • Préparer un email très clair pour vos contacts, sans négliger de bien expliquer ce qu’est le crowdfunding (notamment la règle du « tout ou rien »): ce n’est pas une collecte pour un cadeau d’anniversaire, mais un appel à contribuer à un projet (ici, entrepreneurial).
    • Valoriser votre (future) communauté: tenez-la informée (entre 2 et 4 fois au cours de la campagne, l’inonder de mails ne fera qu’énerver) et n’oubliez jamais de remercier
    • Si vous constatez à mi-parcours que la collecte ne décolle pas comme prévu, prévoyez des opérations de communication « plan B » : un évènement, une seconde vidéo…

Un lien mort? Un ajout à suggérer? Commentez!         S’inscrire à la newsletter Google

Comment suivre ma stratégie… et savoir en changer?

I except nothing and I'm still let down En 20 lignes Malcom in the middle

Avec ou sans business plan, un minimum de stratégie est nécessaire quand on crée son entreprise, avant tout pour savoir se positionner, se distinguer de ses concurrents, et surtout identifier ses clients, communiquer auprès d’eux et vendre.

Sans objectif « SMART » (NB: spécifiques, mesurables,atteignables, réalistes et cadrés dans le temps), aucune stratégie n’a de sens: comment évaluer son efficacité, et le cas échéant déterminer si un changement de stratégie est nécessaire, si aucun moyen n’est mis en oeuvre pour évaluer et vérifier les hypothèses que vous avez émises? Ce moyen, ce sont les données chiffrées (et pas seulement votre comptabilité), qui seules permettent une comparaison d’un mois à l’autre, par exemple. C’est un point d’ancrage pour suivre une stratégie donnée.

Une fois que vous vous êtes donc fixé un certain nombre d’objectifs pour développer votre entreprise, mettez en place un ou plusieurs tableaux de bord (ou de reporting), même très simples. Récapitulez ces objectifs et évaluez régulièrement à quel point ils ont été ou non remplis.

Lorsque quelque chose ne fonctionne pas, changez-le. Il n’y a pas non plus de bonne stratégie sans plan b: une grande part de votre responsabilité d’entrepreneur est d’ailleurs de savoir faire la part des choses entre persévérance et entêtement et réagir en conséquence, à l’échelle de chaque aspect de votre activité comme de l’entreprise dans son ensemble.

A l’extrême, pour une start-up, une remise en question profonde peut s’imposer, ce qu’on appelle un « pivot stratégique ». Il s’agit alors, face à un produit ou service qui ne trouve décidément pas son marché, de le faire évoluer en vue de correspondre à une demande réelle (voir quelques exemples de pivots réussis ici). Outre de ne le faire ni trop tôt (pour laisser le temps à l’idée initiale de faire ses preuves), ni trop tard, la seule clé demeure (encore et toujours) de savoir écouter!

Mis à jour le 7 janv. 2014 – Un lien mort? Un ajout à suggérer? Commentez!    S’inscrire à la newsletter  Google

Mon associé est-il le bon?

You just made partner

Comme une bonne idée d’entreprise (celle qui correspond notamment à vos compétences et celles de vos associés), un bon associé ne se trouve pas, il se cherche. On peut créer une entreprise sans idée, comme créer sans associé.

Avant de vous demander si votre associé est le bon, prenez donc la problématique dans le sens inverse en vous interrogeant sur vos besoins: pourquoi vous associer, en particulier au regard de votre formation, de vos expériences, de votre disponibilité et plus largement de vos ressources?

Encore une fois, souvenez-vous qu’avoir une idée d’entreprise ne fait de personne un entrepreneur, encore moins un associé. Seule l’exécution compte, et c’est elle que vous devrez prendre en compte dans la répartition du capital si vous cherchez un associé opérationnel; de la même manière, examinez bien vos autres options de financement avant de rechercher  un associé investisseur.

Les règles d’or: l’associé est un complément du fondateur, maintenant et dans le futur, ce qui nécessite

  • de bien prendre en compte le facteur humain et les motivations, par la définition progressive de vos valeurs et plus globalement d’une vision commune;
  • de se mettre au travail! – en se fixant des objectifs individuels, SMART (spécifiques, mesurables, atteignables, réalistes et cadrés dans le temps: on ne le dira jamais assez, seule les actions comptent) et en communiquant autant que possible entre vous;
  • enfin, de prévoir les différentes options (juridiques ou non) en cas de mésentente, afin que cette dernière ne signifie pas la mort de l’entreprise  – selon les sources, il s’agit en effet de la première ou de la deuxième cause d’échec des entreprises.

Un lien mort? Un ajout à suggérer? Commentez!          S’inscrire à la newsletter 

Comment élaborer mes prévisions financières?

Bored En 20 lignes

Business plan ou non, indépendamment d’une étude de marché (même synthétique), établir vos prévisions financières est indispensable, ne serait-ce que pour confirmer que vous êtes prêt à créer votre entreprise et évaluer vos besoins de financements. Les prévisions financières regroupent ainsi:

  1. Le plan de financement initial, qui récapitule les capitaux nécessaires pour lancer le projet et permet de vérifier s’il est possible de les réunir;
  2. Les moyens et délais pour atteindre le seuil de rentabilité ou point mort: le calcul de ce seuil permet de déterminer à partir de quel montant minimal de ventes vous couvrirez toutes vos charges, et pourrez donc devenir bénéficiaire;
  3. Le compte de résultat prévisionnel, qui permet de déterminer si le projet sera rentable en incluant toutes les données chiffrées, recettes comme dépenses, correspondant à votre activité (moyens financiers, humains, matériels);
  4. Le plan de trésorerie sur 12 mois, qui permet de comparer et ajuster les sorties et entrées d’argent en vue de maintenir un équilibre entre ces deux flux;
  5. Le plan de financement à trois ans, qui permet de déterminer si l’entreprise peut être pérenne, à partir d’hypothèses raisonnables (par prudence, minimisez les recettes, maximisez les coûts: ne sous-estimez pas les effectifs nécessaires, vos dépenses en développement commercial et en communication, ni l’effet temps)

Notez bien qu’il ne s’agit là que de prévisions, et qu’il est bien rare que celles-ci se réalisent. Il s’agit avant tout de vérifier des hypothèses raisonnables pour se prononcer sur la viabilité d’un projet d’entreprise: faites ainsi bien attention à justifier vos hypothèses, les expliquer, citer vos sources chiffrées s’il y en a (devis, pratiques du secteur, etc.).

Parmi les outils pratiques gratuits, on peut mentionner la méthodologie pas à pas de l’APCE. Les modèles Excel téléchargeables Fisy, guidés pas à pas (« Essentiel » dans la plupart des cas, « Innovation » pour les projets innovants à forte dimension R&D) feront un complément idéal: toutes les étapes sont clairement expliquées et les calculs se font automatiquement pour vous permettre de vous concentrer seulement sur les données de votre projet d’entreprise.

Un lien mort? Un ajout à suggérer? Commentez!                S’inscrire à la newsletter Google

Quelles sont les formalités obligatoires quand on embauche?

En 20 lignes formalités à l'embauche

Vous avez décidé d’agrandir votre équipe et prévu la rémunération d’un nouvel employé*, tout est presque prêt! Presque… puisque vous êtes soumis à un certain nombre d’obligations juridiques, fiscales et surtout sociales en tant qu’employeur:

1/ Rédiger et signer un contrat de travail, puis en remettre un exemplaire au salarié, accompagné de la convention collective applicable (que vous trouverez en ligne grâce à votre code APE).

2/ Avant l’embauche, établir une déclaration préalable à l’embauche (DPAE) directement en ligne auprès de l’Urssaf (sauf exception), le cas échéant simplifiée pour les TPE-PME grâce au Titre emploi-service entreprise (Tese, si moins de 9 salariés), Titre emploi simplifié agricole (Tesa) ou Titre emploi forain (TEF). Notez que ces titres simplifient aussi les autres déclarations sociales.

La DPAE vous permet:

  • de vous immatriculer en tant qu’employeur au régime général de sécurité sociale, au régime d’assurance chômage et à un service de santé au travail
  • d’immatriculer le salarié à la caisse primaire d’assurance-maladie
  • demander la visite médicale d’embauche de votre salarié
  • d’affilier le salarié auprès des institutions de retraite complémentaire obligatoire (si votre convention collective n’en prévoit pas, vous pouvez la choisir librement dans la liste officielle qui vous sera fournie)

3/ Informer l’inspection du travail par LRAR s’il s’agit du premier salarié

4/ Inscrire le nouveau salarié sur le registre unique du personnel et les autres registres obligatoires (livre de paie, registre du CHSCT, registre des délégués du personnel)

5/ Si l’entreprise a plus de 50 salariés, effectuer une déclaration des mouvements de main d’oeuvre (pas nécessaire dans les autres cas)

6/ Organiser la visite médicale d’embauche avant la fin de la période d’essai, voire avant l’embauche dans certains cas (femme enceinte, travailleur de nuit, travailler handicapé, jeune de moins de 18 ans…)

7/ Le cas échéant, selon ce qui a été mis en place dans votre entreprise: affilier le salarié à votre régime de prévoyance, et/ou remettre au salarié un livret d’épargne salariale, et/ou remettre au salarié un bordereau individuel d’accès à la formation (BIAF), etc.

8/ Grâce au portail NetEntreprise, procéder

*Attention: les formalités et conditions diffèrent s’agissant de l’embauche d’un stagiaire.

Un lien mort? Un ajout à suggérer? Commentez!           S’inscrire à la newsletter  Google

Combien coûte un salarié?

High five En 20 lignes

Au SMIC et aux 35h charges patronales incluses, un salarié coûte 1633 euros/mois à l’entreprise, hors coûts liés au recrutement, compléments de rémunération (exemples: titre de transport, tickets restaurants…) et gratifications éventuelles, pour un coût réel total compris entre 120% et 180% du SMIC. N’oubliez pas de consulter et appliquer votre convention collective, que vous trouverez sur Internet à partir du code APE de votre entreprise, notamment pour déterminer ce salaire minimal. 

Pour votre budget prévisionnel, vous pouvez estimer le coût réel d’un salarié à partir du salaire brut, en y ajoutant 64% du salaire brut (22% de charges salariales, puis 42% de charges patronales) ou 82% du salaire net. Cette option est la plus prudente.

Ce calcul ne tient toutefois pas compte d’éventuelles réductions de charges (comme la réduction Fillon sur les bas salaires), ni d’éventuelles aides à l’embauche, par exemple dans le cadre d’une préparation opérationnelle à l’emploi, d’un contrat de professionnalisation, d’apprentissage ou de génération ou d’un contrat initiative emploi. Il n’existe en effet pas que le CDI ou CDD pour agrandir votre équipe.

Les aides sont aussi liés à l’embauche dans des zones en difficulté.

Il existe enfin des formes de rémunération presque sans charge, comme les primes d’intéressement (un dirigeant peut d’ailleurs avoir à arbitrer, le concernant, entre rémunération et versement de dividendes).

Mis à jour le 21 jan. 2014 – Un lien mort? Un ajout à suggérer? Commentez!                                   S’inscrire à la newsletter Google