Pourquoi ne jamais créer son blog sur WordPress.com?

Bye bye bye En 20 lignes

Ignorant l’existence d’une (importante) différence entre wordpress.com et wordpress.org, deux CMS (systèmes de gestion de contenus) aux noms semblables très trompeurs, j’ai d’abord créé ce site en utilisant wordpress.com. J’ai réalisé il y a quelques jours que les possibilités d’extensions (plugins en anglais) et donc de personnalisation y étaient très limitées: frustration face à de nombreuses améliorations que vous m’aviez suggérées, sans compter que j’avais doublé ma bêtise en enregistrant également mon nom de domaine sous wordpress.com, non sur Gandi comme je le fais d’habitude.

Partie en quête d’aide pour la migration, je découvre le simplissime tutoriel d’Un Blog Une Fille et imagine que la tâche sera tout aussi simplissime.

  • C’était sans compter sur ma naiveté concernant l’hébergeur que je venais de choisir, OVH, avec une formule Perso, puisqu’ayant suivi ce tutoriel, j’étais partie pour bidouiller une installation de wordpress.org en passant par Filezilla et m’arrachais les cheveux jusqu’à l’intervention divine de ma pote Anais (« tu t’embêtes pour rien, tu peux installer le module en 3 clics directement depuis OVH« ). Ah, oui. Effectivement.
  • C’était sans compter non plus sur le système décidément très mal foutu de wordpress.com s’agissant du transfert de nom de domaine vers OVH. En effet, cette explication apparemment claire omet de mentionner un détail important: après avoir sélectionné « transférer la propriété vers un autre registrar » dans le menu déroulant de « My Domains », il faut cliquer sur le lien tout petit « Gérer vos domaines », à côté duquel on passe très facilement, puis suivre les instructions. Côté OVH, un peu plus de 8 euros à débourser pour la demande de transfert d’un nom de domaine en .com en passant par ici (sélectionner « Rapatrier ce nom de domaine vers OVH sans changer de propriétaire » puis DNS gratuit et offre Gold) et 5 jours plus tard c’est réglé.

Il ne reste « plus qu’à » (sic) faire les exports/imports et redirections de tous les contenus de l’ancien CMS vers le nouveau en suivant les conseils de Noémi, ce fût éprouvant, mais les améliorations d’En 20 Lignes sont pour très bientôt!   Google

Publicités

Retour d’expérience: Delphine (prêt-à-porter haut de gamme)

Retour d'expérience gif prêt à porter

En 2 lignes: Quelle était ton entreprise? Son statut juridique? Quand as-tu lancé?

Création en janvier 2003 d’une EURL, puis une seconde en 2010…

En 2 lignes: Que vendais-tu?

Prêt à porter haut de gamme féminin et masculin… A la fin, je ne vendais plus grand-chose ! ;)

En 2 lignes: Comment as-tu financé la création et le développement de ton entreprise?

Avec toutes mes économies, puis j’ai obtenu un prêt bancaire seulement en troisième année

En 2 lignes: Que faisais-tu avant de lancer ton entreprise?

J’étais formatrice en gestion (vacataire et profession libérale)

En 2 lignes: Quelle est la chose la plus importante que tu aies apprise?

Ne pas s’obstiner pensant qu’il existe toujours un juste retour des choses.

Notre entreprise, entité juridique, n’est pas notre bébé, donc pas d’affectif. C’est elle qui doit nous alimenter et pas l’inverse.

En 2 lignes: Quelle est la plus grande erreur que tu aies faite?

Souscrire des prêts personnels pour alimenter la trésorerie.

En une ligne: La question à laquelle tu souhaiterais une réponse en 20 lignes?

L’ implication dans le travail paie-t-elle un jour ?

Conseils de lecture En 20 Lignes: les billets Quand arrêter? , Comment rebondir après l’échec? , Ma start-up va-t-elle réussir? , Comment tenir bon au quotidien? et Comment suivre sa stratégie… et savoir en changer?

Retour d’expérience: Antoine de Locat’me (plateforme permettant aux propriétaires de logements de trouver des locataires)

Accueil Locatme En 20 lignes

En 2 lignes: Quelle est ton entreprise? Son statut juridique? Quand as-tu lancé?

Locat’me est un site mis en ligne par notre SAS le 22 Juillet 2013. En réalité, le projet locat’me est né il y a 2 ans lorsque l’un de nous était en recherche d’appartement mais n’avait aucunement le temps de s’y consacrer. L’idée a germé « Pourquoi ne pas réaliser une plateforme où  les locataires se feraient contacter par des propriétaires qui possèdent un logement correspondant à leurs attentes ? »

En 2 lignes: Que vends-tu?

Locat’me est un concept d’annonces inversées qui permet au propriétaire de trouver simplement et rapidement un locataire parmi des annonces enrichies d’un dossier locatif simplifié. De plus un taux de correspondance leur permet de mieux cibler ses interlocuteurs.

Il permet au locataire de créer sa recherche de logement agrémentée de son dossier locatif. Sa recherche, assortie d’un taux de correspondance, apparait uniquement auprès des propriétaires de logements conformes à ses critères. De cette manière, il est contacté uniquement pour des biens conformes à ses attentes et ceci gratuitement.

En 2 lignes: Comment as-tu financé la création et le développement de ton entreprise?

La création de ce projet a été uniquement financée par un investissement personnel des 4 co-fondateurs. La plateforme a été réalisée intégralement par nous-même et l’ensemble des investissements a été injecté dans le capital.

En 2 lignes: Que faisais-tu avant de lancer ton entreprise?

Je suis issue d’une école d’ingénieurs post bac, l’ECE Paris, et de l’IAE de Paris. Par la suite j’ai effectué une expérience d’un an dans une société de conseil dans le secteur de l’énergie.

En 2 lignes: Quelle est la chose la plus importante que tu aies apprise?

Croire en ce que l’on fait. Mais les choses les plus importantes sont également d’être en permanence à l’écoute des utilisateurs et se remettre continuellement en question.

En 2 lignes: Quelle est la plus grande erreur que tu aies faite?

Ne pas avoir lancé Locat’me en sortant de mon école.

En une ligne: La question à laquelle tu souhaiterais une réponse en 20 lignes?

Comment définir le tarif d’un produit qui n’existe pas encore ?

Conseils de lecture En 20 lignes! Comment fixer mes prix? et la catégorie Je teste mon idée

Retrouvez aussi Locat’me sur Facebook, Twitter et Google+

  S’inscrire à la newsletter En 20 lignes Google

Retour d’expérience: Sélim Niederhoffer (conseils et coaching en séduction)

Selim Nierderhoffer Art de Séduire et Le Piège à Filles
 
En 2 lignes: Quelle est ton entreprise? Son statut juridique? Quand as-tu lancé?
 
Mon entreprise s’appelle Le piège à filles, en hommage à Jacques Dutronc, je suis auto-entrepreneur depuis mai 2010.
 
En 2 lignes: Que vends-tu?
 
Au début, le piège à filles me servait à facturer des prestations de coaching en séduction, mais j’ai raté un aspect essentiel du business : la prospection. On peut avoir une belle vitrine, mais si personne ne rentre dans la boutique, ça ne sert à rien. Aujourd’hui, j’ai transformé la vitrine www.lepiegeafilles.com en selimniederhoffer.com à la suite d’un changement de stratégie. Le site tourne toujours, « la boutique reste ouverte pendant les travaux ! »
 
En 2 lignes: Comment as-tu financé la création et le développement de ton entreprise?
 
Le financement m’oblige à répondre à la question suivante en même temps. Je suis diplômé de l’ESC Grenoble, avec un Mastère Achats et Logistique industrielle. J’ai bossé chez GE Healthcare, chez Schneider Electric, puis j’ai fini mon parcours dans les achats avec des missions de consultants pour Jaguar et Land Rover chez Valeo. Pas l’éclate pour moi, je m’étais manifestement trompé de voie. Le hasard faisant bien les choses, la crise est arrivée à ce moment-là, avec un plan de départ volontaire qui m’arrangeait tant financièrement qu’en termes de réorientation. Tous les fonds investis dans Le piège à filles proviennent de la crise qui a frappé le secteur automobile fin 2008.
 
En 2 lignes: Que faisais-tu avant de lancer ton entreprise?
 
Cf réponse précédente ! Avant de lancer mon entreprise, je me cherchais, principalement.
 
En 2 lignes: Quelle est la chose la plus importante que tu aies apprise?
 
Le business, c’est avant tout une histoire de rencontres et de confiance. J’ai appris la réalité du copinage, de la recommandation sociale, et l’importance de maîtriser sa réputation de professionnel. Aujourd’hui, je m’occupe de www.artdeseduire.com, le site leader sur les conseils en séduction pour hommes dans la francophonie, du community management de Patrick Bruel depuis juin 2011 et j’interviens aussi en école de commerce pour des cours de marketing (en particulier la stratégie digitale à HEC et à Grenoble Ecole de Management) : pour tenir ces postes, il faut que les personnes qui vous embauchent vous fassent confiance, et que le travail soit fait. Les masques tombent très vite quand on fait face à des maîtres de l’illusion…
 
En 2 lignes: Quelle est la plus grande erreur que tu aies faite?
 
Penser que les passages télé allaient déclencher des achats, des commandes de coaching en séduction. A mes débuts, je pensais que la télé avait une vraie influence sur le trafic d’un site, désormais je préfère penser contenu et SEO !
 
En une ligne: La question à laquelle tu souhaiterais une réponse en 20 lignes?
 
« Qui a le droit ? » J’attends la réponse depuis des années…
 
 
**
 
Conseils de lecture En 20 Lignes: les catégories Je communique et Je vends
 

Google

Retour d’expérience: Cédric Debacq (photographie et graphisme)

Accueil Cédric Debacq En 20 lignes

En 2 lignes : Quelle est ton entreprise ? Son statut juridique ? Quand as-tu lancé ? 

Je suis auto-entrepreneur depuis juin 2012. Je suis photographe et graphiste designer. Je suis passionné par la création de l’image depuis mon adolescence.

En 2 lignes : Que vends-tu ? 

Je propose des services liés aux domaines de la création graphique et photographique. Je propose également mes conseils liés à la communication visuelle et à la gestion des réseaux sociaux.

En 2 lignes : Comment as-tu financé la création et le développement de ton entreprise ? 

Un bureau, un iMac 21pouces, une connexion internet pour mes prestations graphiques et mon matériel photo pour mes reportages.

Depuis que je me suis lancé, je bénéficie de l’ACCRE, sinon c’est principalement des fonds personnels.

En 2 lignes : Que faisais-tu avant de lancer ton entreprise ? 

Je suis diplômé de photographie depuis 1998, j’ai travaillé comme salarié pour des enseignes, des webzines, et des agences événementielles.

J’ai également travaillé pendant 10 ans comme chef de rang dans divers établissements hôteliers en France et en Suisse.

En 2 lignes : Quelle est la chose la plus importante que tu aies apprise ? 

Se donner les moyens d’avancer et de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale.

En 2 lignes : Quelle est la plus grande erreur que tu aies faite ?

Démarrer mon activité en tant qu’entrepreneur trop tard… Mais toutes les expériences que j’ai connues me permettent aujourd’hui de travailler pour mes clients et pour moi.

En une ligne : La question à laquelle tu souhaiterais une réponse en 20 lignes ? 

Avez-vous des questions liées à la communication visuelle ? Pour votre entreprise, votre blog, etc. ?

Conseils de lecture En 20 Lignes: les catégories Je construis mon projet et Je communique Google

Retours d’expériences: apprendre et rebondir après l’échec d’une entreprise

When I'm dead who cares? I don't En 20 lignes

Vous avez décidé d’arrêter votre entreprise, vient le temps du bilan de cette expérience quelle qu’ait été sa durée.Tout entrepreneur vous dira qu’on apprend en échouant, ce qui justifie l’existence de la Fail Conference, réunissant des personnes échangeant sur les raisons et leçons de leurs échecs pour mieux rebondir.En effet, identifier et analyser ses erreurs permet avant tout de ne pas les reproduire. Par exemple, Brett Martin analyse ici les erreurs commises avec son entreprise Sonar et rappelle que si l’argent est un point essentiel, les start-up meurent avant tout quand les fondateurs baissent les bras.

Souvenez-vous que l’échec d’une entreprise n’est pas un échec personnel. Par exemple, Romain Lhez présente ici son retour à une vie de salarié après avoir créé son entreprise en estimant que le point le plus important est d’avoir trouvé sa voie et son secteur. Samy Pessé explique pour sa part ici l’échec de sa première entreprise, un bon exemple d’analyse des erreurs commises et un récit révélateur du sentiment de honte et de la remise en cause qu’il a traversé avant d’être « heureux d’avoir échoué« .

L’échec d’une entreprise ne signifie pas non plus que vous n’en créerez pas d’autres. Certains comme Guilhem Bertholet vont ainsi jusqu’à célébrer l’échec, notamment sur un CV, avec les avantages et inconvénients que cela apporte dans le cadre d’entreprises ultérieures, par exemple en termes de motivations ou de conscience des enjeux humains. N’oubliez pas, enfin, de vous souvenir de quelques célèbres entrepreneurs qui ont d’abord échoué.

Un lien mort? Un ajout à suggérer? Commentez! Googl

Retour d’expérience: Renaud de VideDressing (shopping mode communautaire)

Vide-Dressing Accueil

En 2 lignes: Quelle est on entreprise? Son statut juridique? Quand as-tu lancé? 
En décembre 2009, j’ai co-fondé avec mon associée Meryl Job la société Videdressing SAS.

En 2 lignes: Que vends-tu? 

Videdressing.com est un site de shopping communautaire dédié à la mode où l’on peut acheter et vendre des vêtements et accessoires de mode. Le site opère comme un tiers de confiance dans la relation entre acheteurs et vendeurs, sécurisant toutes les étapes de la transaction.

En 2 lignes: Comment as-tu financé la création et le développement de ton entreprise? 

Avant même de lancer le site, nous avons sollicité notre réseau personnel et professionnel pour lever 100.000 euros. Après le lancement du site, nous avons renouvelé l’opération plusieurs fois pour lever un montant total de 1.000.000 euros. Il y a 6 mois nous avons fait rentré des fonds d’investissement qui ont investi plus de 5 millions d’euros.

En 2 lignes: Que faisais-tu avant de monter ton entreprise?

J’étais Directeur Fiscal du Groupe Ipsen. Rien à voir donc avec la Mode et l’Internet…

En 2 lignes: Quelle est la chose la plus importante que tu aies apprise? 

Il faut savoir prendre des décisions rapidement et apprendre vite de ses erreurs pour pouvoir rebondir. Lors du lancement du site, nous avions pris le parti de ne pas internaliser la technique. Ceci fut une erreur qui a ralenti le développement du site et de ses fonctionnalités. Désormais tout le développement du site est internalisé.

Conseils de lecture En 20 Lignes: les catégories Je construis mon projet et Je développe ma boîteGoogle